Snapchat en grandes difficultés

Alors que la startup n’est en bourse que depuis quelques mois, la descente aux enfers semble inéluctable. Attaquée de front par Facebook, elle a du mal à convaincre ses utilisateurs, mais également les investisseurs du monde entier.

Snapchat s’est lancée en bourse avant l’été, l’action de cesse de dévisser. Avec 24$ au pic post-IPO, la firme est aujourd’hui passée sous la barre des 12$, et la tendance ne semble pas amenée à s’inverser.

Sur les earnings du 2e trimestre, la firme a raté son objectif de 181 millions de dollars de chiffre d’affaires à 5 millions près. En plus de cela, son revenu par utilisateur stagne aux alentours de 1$.

Pourtant Snap a d’excellentes idées pour retrouver la croissance (les nouveaux utilisateurs sont passés de 5% au premier trimestre contre 4,2% au second), comme le rachat des Français de Zenly, qui a amené à la création de la SnapMap.

Pour autant, la base d’utilisateurs de Facebook a largement profité à Instagram, qui a copié la plupart des fonctions propres à Snapchat, en y ajoutant une dimension plus sociale. Les influenceurs ont switché peu à peu d’une application à l’autre, Instagram étant plus rémunérateur auprès des marques. Les lunettes Spectacles sont un succès, mais le hardware ne suffira pas à redresser la barre.

La firme n’aurait peut-être pas du refuser les 30 milliards proposés par Google pour son rachat il y a quelques mois.

Pour être le moteur de recherche de l’iPhone, Google paye 3 milliards

Le marché du mobile est toujours en plein boom. Les moteurs de recherches y engrangent aujourd’hui la majeure partie de leur bénéfice et Google n’est pas en reste.

Pour garder sa place de numéro 1 sur le mobile, Google doit traiter avec Apple qui détient avec iOS plus de 33% de part de marché (contre 64% pour Android). Alphabet a ainsi du faire un chèque de 3 milliards de dollars à la marque à la pomme pour être le moteur de recherche par défaut sur iOS. En y ajoutant les utilisateurs d’Android, qui utilisent forcément le moteur Google par défaut, le géant atteint 96% de parts de marché sur la recherche mobile.

Avec l’arrivée des assistants vocaux et de la recherche vocale, Google a gros à jouer. Les réponses via Bing de Siri ne feront peut-être certainement plus long feu. Dans la bataille, les Français de Qwant tentent de tirer leur épingle du jeu, on leur souhaite bien du courage.

Au passage, Google vient de déployer son Google Assistant sur les téléphones Android équipés de la version Nougat. Cette nouvelle interface va changer drastiquement l’utilisation des smartphones, pour le plus grand bonheur des users du monde entier.