IFA de Berlin : le rendez-vous tech européen

Les États-Unis ont le CES, l’Europe a l’IFA. C’est l’événement hardware le plus attendu de l’année avec le MWC, un temps consacré à la maison, il est aujourd’hui l’endroit préféré des marques pour annoncer leurs nouveaux produits pour la fin d’année.

Il est loin le temps où l’Amérique régnait sur le monde tech. Créé en 1926, l’IFA a longtemps été un événement bi annuel. Depuis 2005 il est repassé à un format classique, et se tiendra du 1 au 6 septembre 2017 à Berlin cette année.

Le salon berlinois est notamment connu pour avoir été le témoin de la présentation de la toute première cassette audio, par Philips en 1962.

Les géants de la tech comme Nokia ou Samsung vont présenter leurs nouveaux produits. Le coréen est particulièrement attendu avec son nouveau bracelet le Samsung Gear Fit2 Pro et Nokia y montrera son Nokia 8, annoncé à Londres.

Des marques d’objets connectés comme Fitbit sont aussi amenées à présenter des nouveaux produits, comme la montre connectée qu’ils tuassent depuis le CES 2017. Pour le reste, des marques d’électroménager comme Haier devraient en profiter pour lever le voile sur leurs nouveaux téléviseurs.

À la découverte du Google Home

Si vous suivez l’actualité des assistants vocaux, vous le savez, le Google Home vient de débarquer en France. Cette enceinte ultra connectée pour la maison se place au centre du foyer et a pour objectif principal de faciliter votre quotidien. Mais est-ce vraiment le cas ?

Le Google Home est une enceinte avec un micro à 360°. Il permet d’exécuter des actions à la suite de commandes vocales déclenchées par un « OK Google ». Répondre aux questions simples, créer des rappels, remplir votre liste de courses, le Google va bien plus loin que ces fonctionnalités classiques.

Il permet notamment d’accéder à sa bibliothèque musicale (Spotify, Google Music, Deezer) mais aussi vidéo (Netflix, YouTube). Pour cette dernière, il vous faudra un produit compatible avec la norme GoogleCast (le Chromecast par exemple) pour lancer les vidéos sur votre télévision d’une simple commande vocale.

Pour aller plus loin, le Home propose de piloter les objets domotique comme les ampoules Philips Hue ou les thermostats Nest. Les applications sont aussi de la partie, envie de commander un Uber ? C’est possible. Une pizza ? Bientôt possible en France, et déjà aux USA avec Dominos.

Toutes ces fonctionnalités sont excellentes et les test du Google Home sont plutôt positifs, mais restent quand même la question de la vie privée, car le Home fait encore un peu plus entrer Google dans notre quotidien. A vous de juger, si le jeu en vaut la chandelle. Si vous avez un doute sur les données que Google connaît de vous, faites un tour sur myactivity.google.com/item et vous comprenez que Home ou pas, Google en sait beaucoup sur vous. Cela explique certainement pourquoi la firme est prête à payer 3 milliards de dollars par an à Apple pour rester le moteur de recherche par défaut d’iOS.

Quel est le prix d’un influenceur sur les réseaux sociaux ?

L’influence Marketing est la nouvel tendance à la mode dans la publicité. Avant la marque utilisait les canaux classiques (spots tv, bannières de pubs, etc.) pour faire passer son message. Aujourd’hui les vrais vecteurs de notoriété sont les influenceurs, qu’ils soient blogueurs, Instagramer ou Youtuber. 

Une nouvelle génération d’influenceurs débarque grâce aux réseaux sociaux. Les stars de cinéma sont aujourd’hui aussi populaires que des Youtuber comme Cyprien ou Squeezie. Via leurs plateformes favorites, ces nouveaux génies créatifs sont des vecteurs incontournables pour les marques.

Combien touchent les influenceurs ?

Une étude du site Captiv8 a dressé un tableau des tarifs moyens par postes et en fonction des audiences de ces stars des réseaux sociaux. Un petit Youtuber (entre 100 000 et 500 000 abonnés) reçoit en moyenne 12500$ par campagne de promotion pour une marque. C’est deux fois plus qu’une célébrité Facebook et ses 6250$ de moyenne. Instagram monte en flèche auprès des millenials, même si le prix moyen de 5000$ par photo/vidéo est inférieur à ses deux concurrents.

Influenceurs

Le ration reste ensuite le même au fur et à mesure que l’influenceur fait augmenter sa communauté. Le blogueur de son côté est disrupté par cette nouvelle génération, et monétiser un site classique n’a jamais été aussi compliqué que ces derniers temps.

Les assistants vocaux débarquent en France

Stars du CES 2017, les assistants vocaux débarquent en France, et commencent à trouver leur public. Google a une longueur d’avance sur ses concurrents, mais ces derniers comptent bien ne pas se laisser faire.

Les assistants vocaux existent depuis bien longtemps sur mobile. Google Now, Siri et Cortana se sont partagé le gâteau, mais les possibilités sont maintenant plus grandes, avec notamment les enceintes à contrôle vocal.

Google Assistant débarque

Le successeur de Google Now vient d’être lancé sur les terminaux Android, quelques semaines après la sortie du Google Home. Ce nouvel assistant est propulsé par de l’Intelligence Artificielle, et se montre de plus en plus intelligent au fur et à mesure qu’il est utilisé.

Aujourd’hui, vous ne donnez plus d’ordres avec des requêtes fixes à Google Assistant, mais avez de vraies conversations avec lui. Si vous commencez à lui poser des questions sur Barack Obama, vous pourrez continuer sans préciser à chaque fois que l’information que vous demandez concerne l’ancien président des États-Unis.

Les enceintes vocales se démocratisent

Aux États-Unis, c’est Alexa d’Amazon qui mène la danse, grâce à la gamme Echo. Google Home est arrivé plus tard et le HomePod d’Apple ne sortira pas avant la fin de l’année. De son côté Microsoft peaufine son assistant Cortana, et va l’intégrer à des enceintes, en partenariat avec Harman Kardon, après son arrivée dans les modèles de Xbox One.

Depuis début août, Google a lancé le Home en France, et le succès semble au rendez-vous. Il répond à vos questions d’ordre général, sur votre journée, et vous permet de contrôler vos appareils connectés. Qui dit enceinte, dit musique, et le Home est compatible avec Deezer, Spotify, TuneIn et Google Play Music.

Microsoft dévoilé la Xbox One X Scorpio

La Xbox One X est attendue depuis l’E3 2017 par les fans de la console Microsoft. Cette version embarquant des caractéristiques techniques de très hautes performances sortira lors du quatrième trimestre 2017.

C’est en amont de la Gamesccom que la marque a annoncé une édition limitée, baptisée Project Scorpio, qui est vendu au même prix que la X classique, à 499€ en précommande. Ce modèle est identique au classique à deux exceptions près, le nom de code Project Scorpio est écrit en vert sur la console et sur la manette, ce qui vise bien évidemment les tous premiers fans de la Xbox. L’autre différence repose sur la texture de la coque de la console, qui comporte des stries.

Pour rappel, la Xbox One X a été imaginée pour concurrencer la PlayStation 4 Pro, dont les performances étaient, jusqu’ici, inégalées.

Un autre modèle édition limitée a été également dévoilé, c’est la Xbox One S Minecraft Edition. Le design est aux couleurs du jeu préféré des amateurs de pixels et sera disponible le 3 octobre pour 399€. La manette seule est également vendue pour 70€, pour les addicts du monde entier.

Le Nolia 8 veut concurrencer le OnePlus 5

HMD est depuis quelques mois en charge de la distribution des smartphones Nokia. Après la résurrection du 3310, la firme vient de présenter le Nokia 8, son nouveau Flagship.

Après avoir lancé ses nouveaux modèles sur l’entrée et le moyen de gamme (Nokia 3,5 et 6), la firme finlandaise a donc passé la seconde, 8 mois après avoir recommencé l’aventure des smartphones avec cette fois-ci Android comme système d’exploitation.

Le design du Nokia 8 ne se démarque pas vraiment de celui des autres smartphones hauts de gamme de marchés avec un écran 5,3″ en QHD et une épaisseur de 7,3mm. A l’arrière on retrouve un double capteur photo comme c’est le cas sur tous les smartphones haut de gamme du marché.

Point fort, il est multiSIM. Vous aurez donc le choix entre 2 cartes SIM ou une SIM + une microSD. Il tournera sous Android 7.1.1 et recevra la mise à jour Android O dès que celle-ci sera disponible.

La marque a mis le paquet sur le capteur photo avec un partenariat avec Zeiss et un double capteur de 13 mégapixels. Pour les fans de Snapchat ou Instagram, la qualité devrait être au rendez-vous. Sous le capot, il embarque un Snapdragon 835 et 4go de RAM, ce qui promet de belles performances, comme le OnePlus 5 qui bénéficie cependant de plus de RAM de base (6go).

Dernière information importante : le prix. Le Nokia 8 sera disponible dès début septembre et son prix public est fixé à 599€ ce qui le place au-dessus de OnePlus, mais en dessous des iPhone et Galaxy S8.

Apple investit un milliard pour concurrencer Netflix

Le marché de la vidéo est extrêmement porteur et pour l’instant la firme de Cupertino n’y prend pas part. Les investissements sont faits dès cette année pour, à terme, prendre une part du gâteau largement croqué par les géants du câble américain, mais également Netflix et Amazon.

Alors qu’Apple touche 3 milliards de dollars par an pour faire de Google son moteur de recherche par défaut sur iOS, elle vient de débloquer 1 milliard pour produire des contenus originaux.

Alors que ses premières émissions commencent à voir le jour sur Apple Music, notamment Planet of the Apps qui permet aux développeurs d’applications iOS d’être coachés par des entrepreneurs (Jessica Alba, Gary Vaynerchuck, etc.), la firme veut aller plus loin et produire une dizaine de séries originales.

iTunes est la plateforme rêvée pour délivrer ce contenu, tout comme Planet of the Apps. Apple veut reproduire le schéma Netflix, qui, de distributeur, a pivoté vers producteurs de contenus originaux, comme les séries Marvel (Luke Cage, Jessica Jones, etc.).

Reste maintenant à savoir si Apple va trouver son public avec ses contenus originaux, et si ces derniers vont améliorer leur pénétration du marché de la sVOD. L’Apple TV serait l’outils parfait pour diffuser ce contenu, et la keynote de début septembre nous en apprendra certainement plus sur les nouveautés à venir.

Snapchat en grandes difficultés

Alors que la startup n’est en bourse que depuis quelques mois, la descente aux enfers semble inéluctable. Attaquée de front par Facebook, elle a du mal à convaincre ses utilisateurs, mais également les investisseurs du monde entier.

Snapchat s’est lancée en bourse avant l’été, l’action de cesse de dévisser. Avec 24$ au pic post-IPO, la firme est aujourd’hui passée sous la barre des 12$, et la tendance ne semble pas amenée à s’inverser.

Sur les earnings du 2e trimestre, la firme a raté son objectif de 181 millions de dollars de chiffre d’affaires à 5 millions près. En plus de cela, son revenu par utilisateur stagne aux alentours de 1$.

Pourtant Snap a d’excellentes idées pour retrouver la croissance (les nouveaux utilisateurs sont passés de 5% au premier trimestre contre 4,2% au second), comme le rachat des Français de Zenly, qui a amené à la création de la SnapMap.

Pour autant, la base d’utilisateurs de Facebook a largement profité à Instagram, qui a copié la plupart des fonctions propres à Snapchat, en y ajoutant une dimension plus sociale. Les influenceurs ont switché peu à peu d’une application à l’autre, Instagram étant plus rémunérateur auprès des marques. Les lunettes Spectacles sont un succès, mais le hardware ne suffira pas à redresser la barre.

La firme n’aurait peut-être pas du refuser les 30 milliards proposés par Google pour son rachat il y a quelques mois.

Pour être le moteur de recherche de l’iPhone, Google paye 3 milliards

Le marché du mobile est toujours en plein boom. Les moteurs de recherches y engrangent aujourd’hui la majeure partie de leur bénéfice et Google n’est pas en reste.

Pour garder sa place de numéro 1 sur le mobile, Google doit traiter avec Apple qui détient avec iOS plus de 33% de part de marché (contre 64% pour Android). Alphabet a ainsi du faire un chèque de 3 milliards de dollars à la marque à la pomme pour être le moteur de recherche par défaut sur iOS. En y ajoutant les utilisateurs d’Android, qui utilisent forcément le moteur Google par défaut, le géant atteint 96% de parts de marché sur la recherche mobile.

Avec l’arrivée des assistants vocaux et de la recherche vocale, Google a gros à jouer. Les réponses via Bing de Siri ne feront peut-être certainement plus long feu. Dans la bataille, les Français de Qwant tentent de tirer leur épingle du jeu, on leur souhaite bien du courage.

Au passage, Google vient de déployer son Google Assistant sur les téléphones Android équipés de la version Nougat. Cette nouvelle interface va changer drastiquement l’utilisation des smartphones, pour le plus grand bonheur des users du monde entier.